Le blog

Bientôt un CHATON Bruxellois

Après Clomut à Liège, un deuxième hébergeur Web alternatif va voir le jour cette fois à Bruxelles. Ce nouveau service appelé Nubo fait partie du collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires, lisez CHATON. Il sera présenté lors de la prochaine journée Associalibre qui se tient le 20 octobre prochain dans les locaux de l'ISIB à Bruxelles.

 

Respect des données garanti

Les Chatons rassemblent des structures souhaitant éviter la collecte et la centralisation des données personnelles qu'effectuent les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) sur leurs plates-formes. Ils sont nés dans la foulée de la campagne «Dégooglisons Internet» de Framasoft. Le projet réunit des acteurs proposant des services en ligne libres, éthiques, décentralisés et solidaires. Le collectif des chatons s'est doté d'une charte qui prévoit certaines exigences techniques. Ainsi, les serveurs doivent reposer sur des solutions logiciels libres et l'utilisation des formats ouverts est obligatoire. Aucune profilage publicitaire n'est autorisé et le respect des données est garanti : droit d’accès, interopérabilité, non-transmission à des tiers.

 

Courrier électronique et services Cloud

Agnez, co-fondatrice de Nubo : «Les Chatons proposent des services comme du courrier électronique, du Cloud, des outils collaboratifs, de la gestion documentaire. Chez Framasoft, on en compte une quarantaine. » Dans un premier temps, Nubo proposera du mail et des services Cloud.  Agnez : «Nous allons lancer notre coopérative en 2018. Les utilisateurs pourront devenir coopérateurs et quitter leurs Gmail et Hotmail pour des services alternatifs respecteux de leurs données. Ils pourront également stocker toutes leurs données sur notre Cloud et avoir accès à du partage de documents, des photos, du travail collectif sur les documents, de l'agenda partagé. »

 

Co-propriétaire de ses données

L'accès à Nubo sera-t-il gratuit ? Agnez : «Le gratuit n'existe pas. Soit on paie avec sa vie privée, soit on paie avec de l'argent. Le modèle que nous envisageons de construire, c'est une coopérative. Pour nous, chaque client doit en même temps être co-propriétaire du serveur et des services. Nous allons fonctionner en co-gestion, sur base d'une co-responsabilité des décisions prises. Nous allons écrire ensemble nos termes de services et notre charte d'utilisation. C'est une démarche qu'on ne trouve pas chez les GAFAM. » Le projet Nubo réunit notamment Domaine Public et Cassiopea, deux associations spécialisées dans l'hébergement Web depuis une quinzaine d'années. On trouve encore dans le projet Nestor.coop, une coopérative et Abelli, l'Association de Défense du Logiciel libre qui organise la journée Associalibre.

Tags : Logiciels Libres

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

Voici la sixième vidéo de notre chaine Youtube "A la découverte des EPN de la Région Wallonne". Vous pourrez y découvrir  l'EPN de Fontaine -L'Evêque et son coordinateur Pascal Feyaerts ainsi que l'animatrice de l'EPN de Montignies-le-Tilleul, Véronique Ben Moussa, qui était venue animer le stage pour enfants autour du code.

Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias. Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces.

 

Numérique et vie privée: une journée pour faire le point avec AssociaLibre

Le 20 octobre prochain, Abelli, l'Association belge de promotion du logiciel libre organise pour la troisième année consécutive AssociaLibre, une journée atelier/formation de sensibilisation aux logiciels libres à destination du secteur associatif et des enseignants. Cette année, le fil rouge sera la protection des données privées numériques avec en prélude, la veille au soir, une conférence débat sur le respect des données en réseaux sociaux animées par Olivier Bogaert, Commissaire à la Federal Computer Crime Unit et André Loconte, représentant de Nurpa, l'Association de protection des internautes.

 

Nubo, le nouveau Chaton Bruxellois

Depuis 2015, la journée Associalibre est un espace convivial présentant des solutions concrètes, efficaces et éthiques pour soutenir et faciliter l'action associative et militante. Marc Van Craesbeeck, Administrateur d'Abelli. «La journée se décline en différentes présentations suivies d'ateliers. Le matin, on pourra notamment découvrir les projets Nubo et la Brique Internet de Neutrinet. Nubo est un nouveau service Chaton bruxellois qui va mettre à disposition dès l'année prochaine des services alternatifs de courrier et de Cloud. Lancé dans la foulée de la campagne «Degooglisons Internet» de Framasoft, le Collectif d'Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires a pour ambition de proposer des services libres en ligne alternatifs : courrier électronique, cloud, suite documentaire, agenda partagé,... »

 

La Brique Internet

Autre projet à découvrir le 20 octobre prochain, la Brique Internet de Neutrinet. Marc Van Craesbeeck:  «Il s'agit d'un petit boîtier que l'on place derrière la Box du fournisseur d'accès. Il va crypter l'ensemble du trafic. De cette façon, le fournisseur d'accès ne peut plus ni vous espionner, ni vous brider ou vous filtrer. On s'y relie par wifi-fi, et le tour est joué. C'est le même mécanisme qui permet à la Brique d'être un serveur nomade. »

 

Les ateliers du libre

Les participants pourront également se pencher sur le guide d'auto-défense numérique pour un état des lieux des outils, méthodes et pratiques de protection ou comment élaborer et mettre en place des politiques de sécurité. L'après midi sera consacrée à des ateliers. L'un basé sur la suite Libre Office verra de façon pratico-pratique comment réaliser un publi-postage, l'autre comment chiffrer ses courriers électroniques. A noter aussi pour répondre à la demande accrue des associations, un atelier sur la comptabilité. Marc Van Craesbeeck : « Les logiciels libres ne sont peut-être pas aussi «sexy» que les logiciels propriétaires, mais ils vous offrent la garantie de la confidentialité et du respect de votre vie privée. L'objectif d'Abelli en tant qu'ASBL est de mettre en valeur ces produits et solutions numériques qui rejoignent, quelque part, un idéal porté par le monde associatif : celui de la transparence, de la tolérance et du partage. Il s'agit de défendre nos libertés numériques et de travailler ensemble à un projet de communs du numérique.  Il s'agit d'oeuvrer à une informatique libre, ouverte, neutre et respectueuse des données personnelles» Rendez-vous le 20 !

Tags : Logiciels Libres - sécurité - vie-privée

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

Voici la cinquième vidéo de notre chaine Youtube "A la découverte des EPN de la Région Wallonne". Vous pourrez y découvrir  l'EPN de Marche-En-Famenne et son animatrice Nathalie Leruth.

Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias. Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces.

 

Lutter contre l'analphabétisme numérique

En juillet dernier, le SPF Economie a publié son baromètre 2017 de la société de l'information. Si 61 % des Belges possèdent des compétences numériques générales de base ou avancées, 25 % ont des faibles compétences et 14 % n'en n'ont aucune. Ces données viennent en écho avec l'étude menée l'année passée par Market Probe auprès de 1015 belges à la demande du Gezinsbond, l'équivalent flamand de la Ligue des Familles. Ainsi, si 86 % de la population belge a accès à un ordinateur et Internet, 40 % d'entre elles sont incapables d'utiliser Tax-on-web et 50 % ne parviennent pas à remplir un formulaire. Près d'un belge sur deux ne sait pas utiliser les méthodes de paiement en ligne comme Paypal, Doccle, Ogone ou Zoomit ni remplir correctement des formulaires destinés à l'obtention d'allocation sociales. C'est pourquoi la Ligue des Familles et le Gezinsbond appellent à lutter contre l'illetrisme numérique

 

Pour des applications en ligne plus accessibles

Christel Verhas, directrice de la politique familiale du Gezinsbond : « «Les aptitudes informatiques sont un pan essentiel des compétences nécessaires à la vie en société. Pourtant, nous constatons que même des gens ayant un ordinateur et un accès à Internet ne sont pas toujours capables d'exploiter pleinement ces ressources. C'est pourquoi il est important que les autorités, les entreprises et les institutions s'efforcent d'atténuer la fracture digitale en aidant les gens, en les assistant et en leur soumettant suffisamment d'alternatives non numériques. Il incombe aux autorités de mieux guider les ménages dans les sphères numériques et de garantir le libre choix entre les canaux traditionnels et Internet. C'est pourquoi nous appelons à rendre les applications en ligne plus accessibles, à gommer les barrières et surtout à ne pas discriminer les personnes moins habiles devant un clavier, que ce soit en traitant plus lentement leur dossier ou en compliquant l'accès aux guichets, brochures, centrales téléphoniques et documents délivrés sur papier"

 

Les femmes, les senior et les familles sans enfants plus touchées

Toujours selon cette étude, 1 belge sur 5 est incapable d'envoyer ou de recevoir des e-mails et 1 sur 7 de surfer sur Internet. Consulter les sites d'actualités pose problème à 1 personne sur 4. 1 sur 3 ne parvient pas à consulter les horaires des transports publics. Cette fracture numérique de deuxième génération touche plus particulièrement les femmes, les personnes plus âgées et les familles sans enfants. Ces aptitudes Internet insuffisantes causent aussi une plus grande vulnérabilité à la fraude sur Internet. 1 belge sur 2 (49%) ne sait pas comment protéger ses données individuelles contre des pirates et presque autant (46%) installer un anti virus.

 

Réduire l'écart de compétences

C'est pour sensibiliser et lutter contre cet illetrisme digital que l'Unesco avait mis l'alphabétisation dans un monde numérique au coeur de la journée internationale de l'alphabétisation ce 8 septembre dernier. Irina Bokova, Directrice générale de l'Unesco : «L’alphabétisation est traditionnellement définie comme un ensemble de compétences en lecture, en écriture et en calcul utilisées dans un certain contexte. Les sociétés du savoir numérique sont en train de transformer cette définition, car elles requièrent des compétences nouvelles et plus complexes en lecture et en écriture. En contrepartie, dans le même temps, la technologie peut contribuer au développement de l’alphabétisation. » En rappelant qu’une large part des adultes et des jeunes de par le monde, y compris dans les pays développés, ne possède pas les compétences numériques élémentaires nécessaires pour être pleinement intégrés à nos sociétés et au monde du travail, elle a insisté sur le fait que « réduire cet écart de compétences était un impératif sur le plan de l’éducation et du développement ».

 

Tags : fracture-numérique

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

Voici la quatrième vidéo de notre chaine Youtube "A la découverte des EPN de la Région Wallonne". Vous pourrez y découvrir  l'EPN de Bertrix  et son animatrice Sylviane Maqua.

Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias. Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces.

 

 

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

Voici la troisième vidéo de notre chaine Youtube "A la découverte des EPN de la Région Wallonne" avec, à l'honneur, l'EPN de Gouvy et son animatrice Sophie Giles. 

Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias. Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces.

 

 

 

 

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

 

Voici la seconde vidéo de notre chaine Youtube "A la découverte des EPN de la Région Wallonne" avec, à l'honneur, l'EPN de Bernissart et son animateur Patrice Moura. 

Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias. Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces. 

 

 

sc-1

Les Smart Cities à l'épreuve de la citoyenneté numérique

La sixième édition du festival des arts électroniques organisé par le Bozar à Bruxelles du 14 au 30 septembre met à l'honneur l'Estonie, qui assure pour 6 mois la présidence du Conseil de l'Union Européenne. On pourra ainsi découvrir Demultiplexia, une pièce de cyberthéâtre, et The Archeology of the Screen, un panel de vidéos artistiques numériques. L'exposition de lancement de l'espace Bozar Lab, The Estonian Example, mettra également en lumière ce petit pays de 1,3 million d'habitant cité en exemple en matière de citoyenneté numérique.

 

Etat numérique

Si l'Estonie fait référence en matière d'Etat Numérique, c'est parce qu'elle a, dès son indépendance en 91, massivement investi dans l'e-gouvernement. En parallèle de la refonte complète de son système administratif et de la mise en place d'outils collaboratifs, la carte d'identité électronique multiservices a constitué un développement majeur à destination des citoyens. Lancée en 2002, elle donne accès à une série de services en ligne sécurisés. Couplée par la suite avec la signature électronique et un système d'identification mobile, elle permet aujourd'hui à tous les Estoniens de remplir leur déclaration fiscale, de valider en ligne des documents administratifs et fiscaux, d'acheter un ticket de tram ou une place de cinéma, de recevoir et transmettre de façon électronique des ordonances médicales, de voter ou de faire ses emplettes. En fait, cette carte électronique remplace bon nombre des cartes que nous utilisons : du permis de conduire à la carte bancaire en passant par les cartes de transport ou de services club. Aujourd'hui en Estonie, 98% des ordonnances médicales sont échangées de façon électronique et plus de 94 % des particuliers déclarent leurs impôts en ligne.

 

Favoriser la participation citoyenne

Fin 2014, l'Estonie a franchi une étape suivante en proposant aux non Estoniens le statut de e-Résident. Sans être estonien ni résident, ils peuvent acquérir une carte d'identité électronique pour accéder aux e-services estoniens. Pris sous cet angle, la citoyenneté numérique serait alors considérée comme la capacité à agir et à exister en tant que citoyen et à tirer parti des outils mis à disposition dans le cadre des différents plans d'action du numérique en cours. Eduquer à la citoyenneté numérique consisterait ainsi à aborder des thématiques comme l'identité numérique, les comportements citoyens en ligne. Il s'agirait aussi de faciliter l'appropriation des outils et la participation citoyenne aux différents projets d'animation numérique des territoires.

 

Risque de marginalisation

Bis repetitas : cela ne se fera pas sans une réflexion approfondie sur les moyens à mettre en place pour assurer l'inclusion numérique. Périne Brotcorne, chercheuse senior à la Fondation Travail-Université, qui mène avec le projet Idealic une enquête sur le sujet, pointe les dangers d'une logique d'une politique déconnectée des plus démunis qui pourrait à nouveau déboucher sur une nouvelle fracture numérique. « Une politique du tout au numérique », explique-t-elle dans le denier numéro de a revue Contraste des Equipes Populaires, « y compris dans notre vie quotidienne, risque d'amener à une reconfiguration des publics précaires et de la précarité. S'il n'y a pas une réflexion cohérente sur la stratégie d'une ville ou d'un pays sur les questions d'inclusion numérique et de son appropriation par les citoyens, ça restera toujours une frange bien précise de la population qui pourra se permettre de s'exprimer dans et en dehors du numérique sur des questions publiques. Ca risque même de marginaliser ceux qui ne s'en sentent pas capables. »

 

Le citoyen dans la Smart City

La digitalisation de l'ensemble des services comme celle mise en place en Estonie et comme celle programmée chez nous, pourrait bien pousser à l'isolement les publics précaires. Au moment où les projets de Smart Cities se multiplient, la question de l'appropriation par les citoyens, par tous les citoyens, de cette nouvelle dimension des territoires va de plus en plus se poser. Qui à quel moment est informé du projet, qui sera amené ou invité à y participer, à quelles conditions, avec quels objectifs ? Le 19 septembre prochain se tient à Marche en Famenne la deuxième édition du congrès-salon Smart City Wallonia, à destination des mandataires et des acteurs publics wallons. On suivra avec attention l'intervention de Juliette Picry (Ville de Mons), Tomaso Antonacci (Ville d'Aubange) et Nicolas Installé (Futurocité) sur la thémarique : « La participation citoyenne, quelle solution choisir? »

Tags : citoyenneté - territoire numérique - inclusion numérique

A la découverte des EPN de la Région Wallonne en vidéo

" A la découverte des EPN de la Région Wallonne" est notre nouvelle chaine de vidéos Youtube. 
Nous souhaitons, à travers ces capsules vidéos, montrer ce que sont les Espaces Publiques Numériques et mettre en avant le travail au quotidien des animateurs multimédias.

Notre réseau ne cesse de croitre. En effet, aujourd'hui ce sont près de 173 EPN ouverts et actifs dans toute la Région Wallonne. 

Le format choisi n'est pas anecdotique. La vidéo permet de toucher un plus large public. Les séquences, courtes et dynamiques, permettent à tout un chacun de découvrir ce qu'est un EPN, les activités qui s'y déroulent et le type de public visé (ou non) par ces espaces. La vidéo est de plus en plus utilisée par les internautes à défaut de la lecture de texte; l'utilisation des tablettes et smartphone ont un rôle à jouer dans ce changement d'attitude. Les vidéos permettent également un impact emotionnel et donnent la possiblité de recueillir toutes les informations nécessaires en quelques minutes seulement. 

Voici la toute première vidéo de l'EPN d'Enghien et l'animatrice Léna Donadello. 

 

 

News plus récentesNews plus anciennes