Le blog

Numérique et vie privée: une journée pour faire le point avec AssociaLibre

Le 20 octobre prochain, Abelli, l'Association belge de promotion du logiciel libre organise pour la troisième année consécutive AssociaLibre, une journée atelier/formation de sensibilisation aux logiciels libres à destination du secteur associatif et des enseignants. Cette année, le fil rouge sera la protection des données privées numériques avec en prélude, la veille au soir, une conférence débat sur le respect des données en réseaux sociaux animées par Olivier Bogaert, Commissaire à la Federal Computer Crime Unit et André Loconte, représentant de Nurpa, l'Association de protection des internautes.

 

Nubo, le nouveau Chaton Bruxellois

Depuis 2015, la journée Associalibre est un espace convivial présentant des solutions concrètes, efficaces et éthiques pour soutenir et faciliter l'action associative et militante. Marc Van Craesbeeck, Administrateur d'Abelli. «La journée se décline en différentes présentations suivies d'ateliers. Le matin, on pourra notamment découvrir les projets Nubo et la Brique Internet de Neutrinet. Nubo est un nouveau service Chaton bruxellois qui va mettre à disposition dès l'année prochaine des services alternatifs de courrier et de Cloud. Lancé dans la foulée de la campagne «Degooglisons Internet» de Framasoft, le Collectif d'Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires a pour ambition de proposer des services libres en ligne alternatifs : courrier électronique, cloud, suite documentaire, agenda partagé,... »

 

La Brique Internet

Autre projet à découvrir le 20 octobre prochain, la Brique Internet de Neutrinet. Marc Van Craesbeeck:  «Il s'agit d'un petit boîtier que l'on place derrière la Box du fournisseur d'accès. Il va crypter l'ensemble du trafic. De cette façon, le fournisseur d'accès ne peut plus ni vous espionner, ni vous brider ou vous filtrer. On s'y relie par wifi-fi, et le tour est joué. C'est le même mécanisme qui permet à la Brique d'être un serveur nomade. »

 

Les ateliers du libre

Les participants pourront également se pencher sur le guide d'auto-défense numérique pour un état des lieux des outils, méthodes et pratiques de protection ou comment élaborer et mettre en place des politiques de sécurité. L'après midi sera consacrée à des ateliers. L'un basé sur la suite Libre Office verra de façon pratico-pratique comment réaliser un publi-postage, l'autre comment chiffrer ses courriers électroniques. A noter aussi pour répondre à la demande accrue des associations, un atelier sur la comptabilité. Marc Van Craesbeeck : « Les logiciels libres ne sont peut-être pas aussi «sexy» que les logiciels propriétaires, mais ils vous offrent la garantie de la confidentialité et du respect de votre vie privée. L'objectif d'Abelli en tant qu'ASBL est de mettre en valeur ces produits et solutions numériques qui rejoignent, quelque part, un idéal porté par le monde associatif : celui de la transparence, de la tolérance et du partage. Il s'agit de défendre nos libertés numériques et de travailler ensemble à un projet de communs du numérique.  Il s'agit d'oeuvrer à une informatique libre, ouverte, neutre et respectueuse des données personnelles» Rendez-vous le 20 !

Tags : Logiciels Libres - sécurité - vie-privée

carte-full-1

Framasoft veut "Dégoogliser" Internet

Des alternatives crédibles et libres à Gmail, Doodle, You Tube, Skype ou Facebook : c'est l'ambition du plan "Degooglisons Internet" de l'association française Framasoft. Il s'étend sur 3 ans et prévoit, à côté des services existants FramaPad (l'équivalent de Google Docs) et FramaDate (version libre de Doodle), d'ajouter un réseau social, un espace de stockage de documents et une messagerie libre en ligne. Et plus si affinités ! "L'année dernière", explique l'association sur son blog, "nous avons dégooglisé Framasoft. Comme monsieur et madame tout le monde, au fil des années, nous nous étions laissé séduire par la facilité immédiate des services proposés par la deuxième capitalisation boursière au monde. Nous avons montré qu'une structure aussi complexe que Framasoft peut se libérer de Google Groups, Analytics, ainsi que d'Adsense et les services embarqués, et ce grâce aux dons et participations bénévoles."

 

Les GAFAM omnivores

C'est qu'en quelques années, le géant de Mountain View est passé de simple moteur de recherche à un inventaire à la Prévert qui propose ici une suite bureautique, là un magasin d' applications ou un espace de stockage sur le Cloud. Sans compter la kyrielle de brevets sur les téléphones, l'électronique, la robotique ou les technologies du vivant. Et il n'est le seul. « Google n'est qu'une lettre des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) qui, avec Dropbox, Avaaz ou Twitter, ont réussi à rendre les internautes complètement dépendants de leurs services."

Services libres, éthiques, décentralisés et solidaires

Or des alternatives existent bel et bien. Aujourd'hui, l'ambition de Framasoft est non seulement de les faire connaître mais de prendre en charge le développement de services libres, éthiques, décentralisés et solidaires, sous la bannière du plan "Dégooglisons Internet" : "Nous allons améliorer nos services existants, tout en faisant perdurer nos projets-phares. Nous avons lancé officiellement le réseau social libre Framasphère pour qui souhaite se libérer de Facebook. Nous allons proposer un moteur de recherche, un service de raccourcissement d'URL, des catalogues d'ebooks libres, de l'hébergement d'images." Endéans les 3 ans, l'association compte proposer tout liste complète de services libres : stockage, Cloud, hébergement de fichiers, tube vidéo, listes de diffusion, micro-blogging et blogs.

 

S'attaquer à Gmail

Courant de cette année, Framasoft proposera Framatalk pour Skype et Framadrive pour Dropbox. En 2016, ce sera au tour de Scribd d'être visé avec Framaxxx (PDFy) ou encore Twitter avec Framatweet (Twister). Et en 2017, l'association devrait s'attaquer à de gros « poissons » comme Gmail avec Framamail (Caliop) ou encore Evernote avec Framanotes (Laverna). Pour ce faire, l'association lance un appel aux dons. L'objectif ? Pérenniser les 3 emplois permanents actuels (il lui manque 35 000 euros) avec l'ambition de passer à 5 permanents en 2016 (il lui faut 130.000 €) et 8 en 2017 (180 000 €).

 

2,27 secondes du CA de Google

Des montants tout à fait dérisoire par rapport à la force de frappe de Google : actuellement, le budget annuel de Framasoft représente 2,27 secondes du chiffre d'affaires annuel de Google. "Rien qu'avec cela, on accomplit déjà beaucoup. Des associations utilisent Framapad pour écrire leurs documents sans avoir à s'inscrire sur GoogleDocs. Des militants et syndicats ont compris que Framadate permet d'avoir un "Doodle" non intrusif. Des écoles initient en toute sécurité leurs élèves au dessin assisté par informatique. Ces projets existent grâce à des volontés bénévoles soutenues par une association qui leur donne les moyens d'éclore, de se développer et de perdurer. Nous avons besoin que des "geek-friendly" viennent grossir nos rangs et nous soutenir par leur argent, leur temps, leur partage des compétences."

Tags : Internet sans crainte - Logiciels Libres - Google

Autour du Libre, quels enjeux pour les associations en Belgique ?

D'un côté et bien que nombreuses et dynamiques, un click sur Hackeragenda devrait vous en convaincre, les associations belges gravitant autour de la notion de liberté numérique semblent se connaître assez peu entre elles. De l'autre, des associations plus ancrées dans le paysage socio-culturel sont de plus en questionnement face à l'enjeu sociétal d'une informatique plus citoyenne. Ce double constat s'est imposé à l'ASBL Abelli (Association Belge promouvant le Logiciel Libre) après l'organisation des RMLL 2013 qui avaient pour objectif la mise à disposition d'un lieu d'échanges entre utilisateurs, développeurs et acteur du Logiciel Libre.

 

Pour la liberté logicielle

Forts d'une dynamique de confiance induite par le succès de ces RMLL, les militants du libre d'Abelli ont aujourd'hui pour ambition de développer, à leur échelle, un réseau d'échanges entre les différents acteurs concernés par les libertés numériques, l'Open Data, la neutralité du Net et toute association interpellé par ces questions. Marc Van Craesbeeck, administrateur Abelli : «La présence croissante de l’informatique dans toutes les sphères de la société transforme en profondeur nos comportements : nos modes de communication, nos loisirs, ou plus largement notre vie citoyenne. L’informatique est ainsi devenue en quelques années un des socles structurant de notre société. Elle repousse de nombreuses frontières, ouvre de nouveaux champs d’intervention tout en interrogeant, en permanence, la question des libertés publiques. La «liberté logicielle» concourt donc à l’exercice de nos libertés fondamentales. Un logiciel est libre si nous pouvons l’utiliser, accéder à son code source, le modifier, et en distribuer des copies. De la sorte, le logiciel libre garantit les libertés des utilisateurs. Il constitue un bien commun qui se développe sous un meilleur contrôle citoyen, favorise l’émancipation des utilisateurs, et encourage au partage de la connaissance. »


 

Jeter des ponts entre les logiciels libres et le monde associatif
Marc Van Craesbeeck «Partage, liberté, militance: le monde du logiciel libre et le monde associatif possèdent nombre de valeurs en commun. Pourtant, les associations sont parfois les lieux où l’utilisation du logiciel libre est compliquée à entreprendre. Manque d’information ? Inadaptation des outils ? Faible disponibilité? Et si c’étaient nos façons de faire, nos schémas de pensées, nos modes d’organisation qui rendaient cette évolution – naturelle – difficile ? Depuis 2007, l’initiative libreassociation.info nous invite à un dialogue interculturel afin de jeter des ponts entre les logiciels libres et le monde associatif. Dans ce cadre, un guide d’usage des logiciels libres à destination des associations est en cours de rédaction. Ce guide est le fruit d’un partenariat entre l’April et la Fondation Crédit Coopératif. Sa diffusion sera gratuite. Une clé USB est en cours de réalisation afin de mettre à votre disposition des logiciels libres en toute simplicité. »

Les EPN et le libre

Pour transformer l'essai, Abelli veut, dans la foulée des RMLL, poser le premier jalon « local » d'un espace d'échange interactif, informel mais régulier à destination des communautés militantes du libre et du monde associatif et non marchand. Ce sera le 24 avril prochain au Mundo B à Bruxelles. Une journée où le libre sera dans tous ses états. Notamment au menu, Framasoft et sa campagne « Dégooglison Internet », Eveyne Jardin, animatrice des ateliers associatifs de la ville de Nanterre mais aussi et très certainement, des retours d'expériences des animateurs multimédias des EPN de Wallonie sur la puissance et la richesse de leurs rapports au libre et aux libertés numériques !


 

Tags : Logiciels Libres - événement - RMLL

La charte pour l'inclusion numérique et sociale a 10 ans

charteQue le temps passe vite. Tandis qu'on assiste au passage de la notion de fracture numérique à l'e-inclusion et qu'on appelle les EPN à embrasser les nouveaux défis de l'inclusion numérique, la charte européenne pour un « environnement d'e-learning socialement inclusif » fête ses 10 bougies. Juan Pedregosa, Responsable de projet ITD, en est un des initiateurs  : «C'était l'époque de l'Internet par modem. La fracture numérique était bien concrète. D'un côté, on trouvait ceux qui pouvaient se payer, très cher, un ordinateur, un modem et la note du téléphone. Et puis il y avait les autres. A qui il fallait donner les moyens d'accès à ces nouvelles formes d'apprentissage et de communication. Il fallait aussi que les formations (en ligne) ne soient pas-elles non plus- trop complexes, uniquement accessibles à des universitaires. Il s'agissait de mettre en place un nouveau modèle, l'e-learning social. »

Les problèmes sociaux doivent se régler de manière sociale
Pierre Carrolagi, coordinateur de projets au Greta en Velay et co-rédacteur de la charte : « Tout d'abord, il ne faut pas se leurrer sur la capacité des TIC à être la solution de tout. Ce n'est pas parce que l'on met à la disposition des citoyens le vote électronique qu'ils vont aller plus voter. Les problèmes sociaux doivent se régler de manière sociale. Ainsi, peut-on lire dans la charte, « Les pratiques sociales sont en interaction avec les techniques. Pour que tous les individus puissent s'intégrer dans la société de l'information, il faut commencer par résoudre les problèmes sociaux qui génèrent une exclusion du numérique. Nous ne sommes pas tous égaux face au fossé numérique : une personne formée et socialement insérée franchira plus facilement ce fossé qu'une personne exclue ayant d'autres besoins, prioritaires. »

Créer et maintenir du lien social
L'apprentissage a aussi un rôle social : « Les communautés apprenantes ne doivent pas être uniquement considérées comme un moyen d'améliorer l'apprentissage. Des groupes ou des réseaux peuvent produire de l'écrit public et étendre leurs horizons politiques, sociaux et culturels grâce à des logiciels qui permettent de créer et de maintenir du lien social (« social software »). Les communautés isolées ou minoritaires peuvent utiliser des outils numériques pour se faire connaître, les groupes dispersés (comme les migrants qui travaillent loin de chez eux) pour rester en contact et continuer à développer leur culture. Internet permet ainsi aux individus de prendre conscience de l'existence de l'exclusion sociale : c'est un moyen de la combattre. »

Le numérique comme outil d'intégration
En 2005, les experts chargés de l'évaluation des programmes européens de lutte contre la fracture numérique font un constat d'échec. Explication : l'Europe ne s'est pas posé la question de savoir en quoi l'usage des TIC pourrait favoriser l'inclusion sociale. C'est à ce moment que le terme inclusion numérique apparaît et que de nouvelles mesures politiques sont prises. Il n'est plus seulement question de lutter uniquement contre la fracture numérique mais de développer des mesures pour l'inclusion numérique et sociale. La conférence de Riga en Lettonie du 11 juin 2006 intitulée les TIC pour une société inclusive consacre une nouvelle orientation qui, explique Pascal Plantard «reconnaît le rôle important que jouent les TIC dans l'amélioration de la qualité de vie des citoyens, tant sur le plan personnel que professionnel : meilleur accès à l'emploi et à la formation, amélioration des connaissances, réduction des difficultés liées à la mobilité ou à l'éloignement. » En 2004, la charte anticipait cette dimension. 10 ans après, son contenu colle plus que jamais à l'actualité du moment.


Tags : charte - e-inclusion - fracture-numérique - inclusion numérique - inclusion sociale

Baromètre TIC 2013 de la Wallonie par l'AWT

Chaque année, l'Agence Wallonne des Télécommunications (AWT) publie le baromètre TIC de la Wallonie. Véritable point de repère de toute politique en matière de TIC, le Baromètre donne tous les chiffres des citoyens, des communes, des entreprises et du secteur TIC.

L'enquête a interrogé environ 2.000 personnes sur le niveau d'équipements TIC dans les ménages. Désormais, 78% des foyers possèdent un ordinateur et 77% sont connectés à l'internet. Avec une croissance très importante des offres internet groupées (pack comprenant la TV, la téléphonie et l'accès internet). Les Wallons sont de plus en plus connectés, puisque 79% affirment utiliser internet de manière régulière. Si le taux global n'augmente pas, les usages, eux, se sont intensifiés en 2012 : parmi les applications les plus utilisées, sans surprise le courriel (86%), mais aussi la recherche d'itinéraires et de plans (73%), les transactions bancaires (70%) et les achats en ligne (50%). De même, 35% téléphonent via leur connexion internet.

Face à ces constats, 21% des Wallons n'ont toujours pas d'accès à l'internet (parmi ceux-ci 51% ont un niveau d'éducation primaire ou n'ont aucun diplôme). L'AWT recommande de permettre l'acquisition de compétences ICT à l'école, de promouvoir les technologies mobiles et portables pour accéder à la culture numérique, d'utiliser les TIC comme services aux personnes et aux organisations, de détecter les facteurs de vulnérabilité numérique, et de lutter contre la pauvreté et l'exclusion numérique.


Baromètre TIC 2013 de la Wallonie

(*) Plus d'infos ICI


Tags : AWT - fracture-numérique - TIC

La 14ème édition des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre a lieu du 6 au 11 juillet à Bruxelles

rmllfrLes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) sont un cycle de conférences, d'ateliers et de tables rondes autour du Libre et de ses usages, dans une ambiance conviviale et non commerciale. Le principe des Logiciels Libres, fondé sur l'idée de partage des connaissances et des efforts, est de donner le plus possible de droits aux utilisateurs. Un Logiciel Libre peut être légalement utilisé,distribué, analysé et modifié. Par cette approche, qui a prouvé sa solidité, l'utilisation de Logiciels Libres induit une indépendance face à tout fournisseur de logiciel. Ces Rencontres Mondiales du Logiciel Libre sont également l'occasion d'un dialogue entre le public, les utilisateurs et des spécialistes de haut niveau. Des échanges très fructueux se nouent et permettent ainsi aux projets, outre une motivation renouvelée, d'être en prise directe avec leurs utilisateurs Depuis 14 ans, ces RMLL se sont déroulées chaque année dans une université différente : Amiens, Bordeaux, Dijon, Genève, Metz, Mont de Marsan, Nancy, Nantes, Strasbourg.

Week-end grand public Place de la Monnaie et conférences à l'ULB

Cette année, la 14e édition des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre se déroulera à Bruxelles du 6 au 11 juillet 2013. Un week-end grand public aura lieu les samedi 6 et dimanche 7 juillet 2013 à la Place de la Monnaie, à Bruxelles. Les conférences prendront place du lundi 8 au jeudi 11 juillet 2013 sur le campus du Solbosch, Avenue Franklin Roosevelt 50, à Bruxelles.

 

Tags : Logiciels Libres - Rencontres Mondiales du Logiciel Libre

EPN d'Yvoir : des expériences numériques citoyennes

l'EPN d'YvoirDamien Maillard est responsable de l'informatique de la commune d'Yvoir et de son Espace Public Numérique. Il en assure l'animation en collaboration avec Veronica Casa. « On fait partie », explique Damien Mailliard », de la première vague de 2005. » La commune compte deux espaces. L'un se trouve dans le centre du village d'Yvoir, l'autre se situe au sein de la bibliothèque de Godinne. « Nous fonctionnons sur base de cycles de formation de 6 mois, grosso modo de janvier à juin et de septembre à décembre, avec un public composé essentiellement de seniors. Il s'agit de formations de base, qui pourront être complétées en fonction des demandes par des ateliers d'approfondissement sur les réseaux sociaux, la manipulation de photos ou des fonctions bureautiques avancées. »

Douche froide
L'EPN d'Yvoir participe également à des partenariats originaux. L'un débouchera sur «Douche froide », un court métrage réalisée en 2010 par Benoît Mariage. Ce film de 28 minutes est le résultat du projet "les Jeunes passeurs d'images citoyennes" conduit en 2009 par l'ASBL le Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation en collaboration avec le CPAS, le centre de réfugié de la Croix Rouge, la Maison des Jeunes et l'EPN communal d'Yvoir. Une cinquantaine de participants amateurs (demandeurs d'asiles et jeunes d'Yvoir) vont travailler durant une année à la constitution du film : ateliers d'écriture, sons et techniques de l'image. Le tournage aura lieu en avril 2010. Douche froide, c'est l'histoire d'une jeune africaine confrontée aux mêmes difficultés que de nombreux demandeurs d'asile. Au centre d'accueil pour réfugiés d'Yvoir, arrive Marie-Blanche, une jeune camerounaise en situation illégale. Par le hasard des rencontres, elle fera la connaissance de trois résidents d'un camping en quête d'emploi. Il s'ensuivra une succession d'événements qui feront chambouler son destin et interroger plus d'un au sein de la commune bucolique d'Yvoir. « L'objectif de ce projet soutenu par Fondation Roi Baudouin était de favoriser le tissage de liens entre les habitants de la commune, les demandeurs d'asile du centre de la Croix-Rouge et les habitants du parc résidentiel «  La Gayolle ».

De Parlement en Parlement
Le projet citoyenneté-démocratie mis sur pied par le Plan d'Habitat Permanent et l'EPN s'adresse lui aussi aux résidents de la Gayolle. Veronica Casa, animatrice : « Il s'agit d'une formation destinée aux enfants organisée en collaboration avec Anne-Pascale Leboutte de l'Antenne sociale pour le plan Habitat Permanent. Elle a pour but de faire découvrir les 4 niveaux de pouvoir en Belgique. Anne-pascale s'est occupée de la communication avec les familles. Moi, je me suis plus penchée avec l'aide d'un stagiaire sur la formation proprement dite. Nous avons mis au point un atelier ludique où finalement, l'informatique est plus un prétexte à un projet citoyen. » C'est ainsi que le groupe d'enfants s'est réuni à quatre reprises à l'EPN d'Yvoir pour une session de préparation de 4 visites : recherche Internet sur les principes et le fonctionnement de la démocratie, rôle des élus à chaque niveau de pouvoir, etc. « Nous nous sommes rendus à l'administration communale d'Yvoir, nous avons visité les Parlements Wallon et Fédéral pour conclure avec la découverte du Parlement européen. » L'essai va être transformé à la rentrée. « Nous préparons, toujours dans le cadre du Plan Habitat Permanent, un projet du même type portant sur l'environnement. »

Tags : citoyenneté - cohésion sociale - Damien Maillard - fracture-numérique - habitat permanente - Veronica Casa - Yvoir

Sylvain Denis : 4 raisons pour un EPN d'opter pour le libre.

sylvain DenisSylvain Denis multiplie les compétences et les casquettes. Conseiller en sécurité de l'information, conférencier, expert TIC, Web et FLOSS (Free Libre Open Source Software), il a une connaissance pointue du monde des logiciels libres. Sylvain est ainsi le point de contact d'Apache OpenOffice pour la Belgique (francophone), et administrateur d'EducOOo.org (suite bureautique pour adultes et seniors) et OOo4kids (idem mais pour enfants de 7 à 12 ans). Membre d'Ubuntu.be et de Mozilla.be, il est vice-président de l'association A l'Ere Libre et Président du SambreLUG, l'association des utilisateurs Linux de Sambreville. Formateur et expert (dépanneur) pour le réseau des établissements libres subventionnés indépendants, il est également formateur pour Technofutur TIC et est intervenu lors de la dernière journée de rencontre des EPN.

Une suite complète d'outils Open Source
« Je citerais 4 raisons pour qu'un EPN ou qu'une association opte pour des outils libres : les fonctionnalités, le coût, la pérennité et l'aspect collaboratif. Sur le plan fonctionnel, on trouve aujourd'hui une famille complète de logiciels Open Source qui peuvent couvrir tous les besoins d'un EPN ou d'une association : du graphisme à la bureautique en passant par la gestion. Dans ces organisations, le matériel utilisé n'est pas forcément du dernier cri. Dans ce cas, le choix d'une solution Linux va permettre de conserver les équipements existants, avec des fonctionnalités et une performance identiques, sans payer un seul euro de licence. On peut obtenir la même qualité de documents avec Open Office qu 'avec Microsoft Office et les deux univers communiquent sans problème, sauf peut être au niveau d'Access.

Liberté et sécurité
Et puis il y a la pérennité des formats, le fait de produire des documents libres qui pourront être relus dans 5 ou 10 ans, même si le logiciel qui l'a généré n'existe plus : « Comme toutes les sources sont ouvertes, on pourra toujours accéder aux documents. J'ai modifié récemment pour quelqu'un un vieux fichier Open Office 1.0 avec une version récente. Cela s'est fait sans problèmes et la personne a pu l'ouvrir avec son vieux traitement de texte. Par comparaison, certains fichiers MS 2003 ne peuvent pas être ouverts correctement en MS 2010. »

Favoriser l'autonomie et la coopération
Il y a l'aspect partage : « Le monde du libre, c'est aussi une philosophie d'entraide et de partage. C'est une communauté au service de chacun et de tous. Il m'est arrivé d'avoir un souci avec un logiciel, d'envoyer un message d'erreur et, deux heures plus tard, de recevoir une mise à jour de mon application avec le bug corrigé ! Le libre, c'est l'ouverture et la transparence. Lors de mes formations, je mets mes cours en ligne : ils ne sont pas protégés. C'est la liberté de copier et de distribuer. Avec les logiciels libres, tous les participants à une formation ou une animation peuvent repartir avec les outils abordés : ils sont totalement gratuits et directement disponibles. Pour un EPN, en favoriser l'essaimage, c'est travailler à une société capable, indépendante et favorisant la coopération. »

Tags : Apache Open Office - FLOSS - Logiciels Libres - Open Source - Stallman Open Office - Sylvain Denis

Les licences Creatives Commons soufflent leurs 10 bougies.

En décembre 2002, la fondation Lawrence Lessig donnait naissance aux Creative Commons, des licences libres que le CRID transcrira en droit belge en 2004. Simples d'utilisation, elles constituent une alternative attractive en matière de droit d'auteur. En apposant une licence Creative Commons à ses contenus, l'auteur (artiste, chercheur, enseignant, animateur multimédia,...) fixe un cadre précis pour l'utilisation et la distribution de ceux-ci : autorisation (ou non) pour l'utilisateur d'un usage commercial de ceux-ci et autorisation (ou non) de sa modification. Si celle-ci est autorisée, l'auteur définira si les contenus modifiés doivent ou non être distribués sous le même registre de licence « copyleft ».

YouTube et Les licences Creative Commons sont un symbole d'ouvertureFlick R sous CC


Au cours de ces 10 dernières années, les CC ont acquis leurs lettres de noblesse. Elles ont ainsi été adoptées par la plate-forme de partage de photographie 500px et par YouTube. Depuis 2011, ce sont ainsi plus de 4 millions de vidéos qui ont été mis en partage sous le couvert des licences CC. Tout récemment encore, ce sont les utilisateurs du réseau social de partage de photos Flick R qui se sont vu donner la possibilité de partager leurs contenus sous licence CC.

Esprit d'ouverture


D'autres avancées encore, au niveau des sociétés de gestion collective des droits comme Smart qui a participé à la remise sur les rails du projet belge Creative Commons avec l'ASBL Constant, iMal et Packed. Au niveau des espaces publics numériques, le CC sont intéressantes à deux niveaux. Il s'agit tout d'abord d'un sujet tout à fait pertinent à évoquer dans le cadre de la mise en place de contenus multimédias réalisés au cours des formations et mis en ligne. En deuxième lieu, publier ses propres contenus pédagogiques sous licence CC est en symbiose avec l'esprit d'ouverture caractéristiques dans les espaces publics numériques. Avec un avantage important : ceux-ci peuvent être partagés, utilisés, modifiés et enrichis en fonction des besoins spécifiques des publics, des lieux et des événements.

 

Ressources partagées


Les exemples sont de plus en plus nombreux. Chaque semaine depuis 2008, les rédacteurs de Créatif, une association française dédiée à « l'accès public et l'appropriation citoyenne des technologies de l'information » publient une fiche pratique destinées aux responsables et animateurs des EPN. Parmi celles-ci des thèmes comme « Comment améliorer la visibilité des actions de mon EPN » ou encore « Comment présenter le rôle et les missions de l'EPN à mon interlocuteur et « Comment présenter les activités et les publics de mon EPN ». Les fiches sont téléchargeables au format PDF. Une première famille de fiches recueillent des argumentaires de sujets de réflexion proposés aux animateurs pour valoriser leurs structures. Une autre porte sur des sujets pouvant être abordés avec les publics des EPN. Autre ressource intéressante : une page Wiki recense plus de 500 sites francophones sous CC qui traite ici de l'accès public accompagné et de l'appropriation sociale du multimédia, là des contenus pédagogiques et des projets éducatifs. Tout un programme...

Tags : creative-commons - Logiciels Libres - Smart

Les rencontres Mondiales du Libre à Bruxelles en 2013

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre sont nées en 2000 à l'initiative de l'association bordelaise des logiciels libres (ABUL). Elles ont eu lieu à plusieurs reprises à Bordeaux, pour ensuite essaimer dans d'autres villes en France et dorénavant en Europe avec Genève en 2012 et Bruxelles l'année prochaine.



C'est du 6 au 11 juillet dans les locaux de l'ULB que se tiendra donc la 13ème édition des RMLL La candidature a été portée par Nicolas Pettiaux, Membre des associations libres BxLUG, APRIL et AFUL : "Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre concernent des publics variés et conjuguent en un même lieu quatre événements. Les RMLL sont tout d'abord une manifestation de sensibilisation et d'initiation au libre (logiciels, ressources et oeuvres de l'esprit en général) qui s'adresse à chacun (entreprises, administrations, associations, institutions publiques, écoles, institutions culturelles) au travers de thématiques spécifiques : informatique, création artistitique, formation, enseignement, santé, handicap, éducation permanente,..." Les RMLL seront également le rendez-vous des associations francophones impliquées dans la promotion et la vulgarisation des usages des logiciels et ressources libres, ce sous la forme d'un "Village des Associations". Ces rencontres constituent également un espace privilégié de rencontre de concepteurs et développeurs du monde entier venant échanger sur leurs projets. Les RMLL abritent enfin des espaces de formation personnelle et professionnelle.

Défense des libertés

Le fil rouge de l'édition 2013 sera la défense des libertés numériques avec différentes actions destinées à prendre conscience des enjeux politiques et économiques sous-entendu par le mouvement Open Source : brevet sur les droits d'auteurs, logiciels propriétaires embarqués "de force" dans les ordinateurs, surveillance du Web. L'accent sera également mis sur les ressources créatives présentes dans les matériels et logiciels libres avec la mise en place d'un "Fabulous Hacking Space".

Dimension éducative

Une attention tout particulière sera portée à la dimension éducative. Nicolas Pettiaux : "Déjà utilisées au sein de l'éducation publique et relayées par de nombreuses formations, les technologies du libre font l'objet en Belgique d'un intérêt grandissant. Les RMLL 2013 ont pour objectif de renforcer cette tendance et seront l'occasion de mettre en relation les spécialistes du domaine avec les professeurs, formateurs, les élèves et les stagiaires. Ces RMLL seront également une source importante de formation et de veille technologique dont pourront bénéficier librement les écoles et les universités. Des ateliers pratiques à destination des professeurs des écoles primaires, secondaires et hautes écoles, notamment artistitiques, seront organisés en collaboration avec l'ULB."

Arts numériques et bonne chère

Différentes synergies se mettent en place. Ainsi le Festival des Arts Numériques offrira-t-il tout au long des 6 jours des Rencontres un panaché de découvertes culturelles « libres» au travers de ses Nocturnes : des concerts et des pièces de théâtre mais aussi des jam-sessions musicales et du live coding (programmation interactive). Un repas du libre, organisé l'avant-dernier soir des RMLL permettra de découvrir la culture gastronomique bruxelloise et son terroir. Il rassemblera 450 personnes dont les principaux représentants des administrations locales.

Tags : APRIL - Logiciels - Logiciels Libres - Nicolas Pettiaux - Open Source - Rencontre Mondiale du Logiciel Libre - RMLL

News plus anciennes