Le blog

Les licences Creatives Commons soufflent leurs 10 bougies.

En décembre 2002, la fondation Lawrence Lessig donnait naissance aux Creative Commons, des licences libres que le CRID transcrira en droit belge en 2004. Simples d'utilisation, elles constituent une alternative attractive en matière de droit d'auteur. En apposant une licence Creative Commons à ses contenus, l'auteur (artiste, chercheur, enseignant, animateur multimédia,...) fixe un cadre précis pour l'utilisation et la distribution de ceux-ci : autorisation (ou non) pour l'utilisateur d'un usage commercial de ceux-ci et autorisation (ou non) de sa modification. Si celle-ci est autorisée, l'auteur définira si les contenus modifiés doivent ou non être distribués sous le même registre de licence « copyleft ».

YouTube et Les licences Creative Commons sont un symbole d'ouvertureFlick R sous CC


Au cours de ces 10 dernières années, les CC ont acquis leurs lettres de noblesse. Elles ont ainsi été adoptées par la plate-forme de partage de photographie 500px et par YouTube. Depuis 2011, ce sont ainsi plus de 4 millions de vidéos qui ont été mis en partage sous le couvert des licences CC. Tout récemment encore, ce sont les utilisateurs du réseau social de partage de photos Flick R qui se sont vu donner la possibilité de partager leurs contenus sous licence CC.

Esprit d'ouverture


D'autres avancées encore, au niveau des sociétés de gestion collective des droits comme Smart qui a participé à la remise sur les rails du projet belge Creative Commons avec l'ASBL Constant, iMal et Packed. Au niveau des espaces publics numériques, le CC sont intéressantes à deux niveaux. Il s'agit tout d'abord d'un sujet tout à fait pertinent à évoquer dans le cadre de la mise en place de contenus multimédias réalisés au cours des formations et mis en ligne. En deuxième lieu, publier ses propres contenus pédagogiques sous licence CC est en symbiose avec l'esprit d'ouverture caractéristiques dans les espaces publics numériques. Avec un avantage important : ceux-ci peuvent être partagés, utilisés, modifiés et enrichis en fonction des besoins spécifiques des publics, des lieux et des événements.

 

Ressources partagées


Les exemples sont de plus en plus nombreux. Chaque semaine depuis 2008, les rédacteurs de Créatif, une association française dédiée à « l'accès public et l'appropriation citoyenne des technologies de l'information » publient une fiche pratique destinées aux responsables et animateurs des EPN. Parmi celles-ci des thèmes comme « Comment améliorer la visibilité des actions de mon EPN » ou encore « Comment présenter le rôle et les missions de l'EPN à mon interlocuteur et « Comment présenter les activités et les publics de mon EPN ». Les fiches sont téléchargeables au format PDF. Une première famille de fiches recueillent des argumentaires de sujets de réflexion proposés aux animateurs pour valoriser leurs structures. Une autre porte sur des sujets pouvant être abordés avec les publics des EPN. Autre ressource intéressante : une page Wiki recense plus de 500 sites francophones sous CC qui traite ici de l'accès public accompagné et de l'appropriation sociale du multimédia, là des contenus pédagogiques et des projets éducatifs. Tout un programme...

Tags : creative-commons - Logiciels Libres - Smart

Les rencontres Mondiales du Libre à Bruxelles en 2013

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre sont nées en 2000 à l'initiative de l'association bordelaise des logiciels libres (ABUL). Elles ont eu lieu à plusieurs reprises à Bordeaux, pour ensuite essaimer dans d'autres villes en France et dorénavant en Europe avec Genève en 2012 et Bruxelles l'année prochaine.



C'est du 6 au 11 juillet dans les locaux de l'ULB que se tiendra donc la 13ème édition des RMLL La candidature a été portée par Nicolas Pettiaux, Membre des associations libres BxLUG, APRIL et AFUL : "Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre concernent des publics variés et conjuguent en un même lieu quatre événements. Les RMLL sont tout d'abord une manifestation de sensibilisation et d'initiation au libre (logiciels, ressources et oeuvres de l'esprit en général) qui s'adresse à chacun (entreprises, administrations, associations, institutions publiques, écoles, institutions culturelles) au travers de thématiques spécifiques : informatique, création artistitique, formation, enseignement, santé, handicap, éducation permanente,..." Les RMLL seront également le rendez-vous des associations francophones impliquées dans la promotion et la vulgarisation des usages des logiciels et ressources libres, ce sous la forme d'un "Village des Associations". Ces rencontres constituent également un espace privilégié de rencontre de concepteurs et développeurs du monde entier venant échanger sur leurs projets. Les RMLL abritent enfin des espaces de formation personnelle et professionnelle.

Défense des libertés

Le fil rouge de l'édition 2013 sera la défense des libertés numériques avec différentes actions destinées à prendre conscience des enjeux politiques et économiques sous-entendu par le mouvement Open Source : brevet sur les droits d'auteurs, logiciels propriétaires embarqués "de force" dans les ordinateurs, surveillance du Web. L'accent sera également mis sur les ressources créatives présentes dans les matériels et logiciels libres avec la mise en place d'un "Fabulous Hacking Space".

Dimension éducative

Une attention tout particulière sera portée à la dimension éducative. Nicolas Pettiaux : "Déjà utilisées au sein de l'éducation publique et relayées par de nombreuses formations, les technologies du libre font l'objet en Belgique d'un intérêt grandissant. Les RMLL 2013 ont pour objectif de renforcer cette tendance et seront l'occasion de mettre en relation les spécialistes du domaine avec les professeurs, formateurs, les élèves et les stagiaires. Ces RMLL seront également une source importante de formation et de veille technologique dont pourront bénéficier librement les écoles et les universités. Des ateliers pratiques à destination des professeurs des écoles primaires, secondaires et hautes écoles, notamment artistitiques, seront organisés en collaboration avec l'ULB."

Arts numériques et bonne chère

Différentes synergies se mettent en place. Ainsi le Festival des Arts Numériques offrira-t-il tout au long des 6 jours des Rencontres un panaché de découvertes culturelles « libres» au travers de ses Nocturnes : des concerts et des pièces de théâtre mais aussi des jam-sessions musicales et du live coding (programmation interactive). Un repas du libre, organisé l'avant-dernier soir des RMLL permettra de découvrir la culture gastronomique bruxelloise et son terroir. Il rassemblera 450 personnes dont les principaux représentants des administrations locales.

Tags : APRIL - Logiciels - Logiciels Libres - Nicolas Pettiaux - Open Source - Rencontre Mondiale du Logiciel Libre - RMLL

News plus récentes