Le blog

Colloque Plan de Cohésion Sociale : jouer la carte des réseaux et du (re)tissage des liens

Le colloque Plan de Cohésion Sociale de la MarlagneLe 14 mars dernier, quelque 450 personnes ont bravé le mauvais temps pour assister au Colloque « Ensemble pour le bien être de tous. Evaluations et perspectives du Plan de cohésion sociale en Wallonie ». Pour mémoire le PCS (Plan de Cohésion Sociale des Villes et Communes de Wallonie) qui s'achève a été mis en oeuvre en 2009. 147 communes (soit potentiellement 2.7555.351 habitants) y ont participé qui totalisent 1712 actions réparties sur 4 axes : l'insertion socioprofessionnelle (24%), l'accès à un logement (11%), l'accès à la santé et au traitement des assuétudes (20%), le retissage des liens sociaux, intergénérationnels et culturels (43%). Les EPN sont plus directement concernés par l'axe 1 qui rejoint la stratégie d'inclusion active en faveur de l'intégration des personnes en marge du marché du travail et l'axe 4 qui comprend de nombreuses actions à destination d'un public jeune sociale ment précarisé et favorise en outre la participation citoyenne . Au total le plan mobilise annuellement plus de 34 millions d'euros, avec un volume d'emploi estimé à 663,65 équivalents temps plein.

Passer de la prévention à l'émancipation sociale


En 2009, le lancement du PCS s'est fait avec l'objectif principal de transformer les dispositifs précédents axés sur la prévention en un outil d'émancipation sociale. Soit travailler à garantir le droit pour tous à un revenu digne, à la santé, au logement, au travail, à la formation et à la culture. Aujourd'hui, nous devons réfléchir à corriger les erreurs et à engranger les acquis. Nous devons confronter le plan à la crise et relancer une nouvelle mécanique"

Evaluation participative


Plan de Cohésion Sociale, le colloque de la MarlagneLe plan a fait l'objet de plusieurs niveaux d'évaluation, locale, supra-communale et régionale et réunit différents acteurs. Les communes via des tables-rondes qui ont réuni bénéficiaires et partenaires. Elles ont fait l'objet d'un rapport d'évaluation. La DiCS est partie de ce travail pour analyser l'impact des PCS. L'IWEPS a apporté son soutien méthodologique et conventionné l'Université de Liège pour l'organisation des tables rondes supra-communales et l'analyse des processus liés au PCS. En substance, il s'est s'agi de répondre à 3 questions : qu'a-t-on fait, pour quels résultats et comment cela s'est-il passé ? Last but not least : le Conseil de l'Europe a pris en charge la formation des chefs de projets, qui occupe la délicate fonction de « chef d'orchestre » des PCS. Qu'en ressort-il ? En attendant les recommandations définitives qui seront formulées à l'intention du gouvernement, plusieurs pistes sont évoquées par les intervenants du colloque. Aller plus loin, en ne se limitant pas aux 4 axes du plan actuel pour embrasser des thématiques telles que la mobilité, l'environnement, la culture, l'éducation ou l'urbain. Aller plus loin encore dans l'implication des citoyens et la valorisation du bénévolat. Aller plus loin enfin dans la coopération intercommunale et travailler à une meilleure articulation entre les PCS et les CPAS. Mieux informer, rendre les PCS plus visibles, simplifier les procédures et réfléchir aux effets possibles de levier afin d'en augmenter au maximum l'impact : c'est l'effet boule de neige qui est recherché.

Mutualiser les idées


C'est en avril prochain que partiront les appels à projets pour un nouveau Plan de Cohésion Sociale d'une durée de 6 ans. Les approbations auront lieu fin octobre, le démarrage des projets début janvier 2014. Les pouvoirs régionaux espèrent bien sûr qu'un maximum de communes y adhèrent, avec un souhait de concertation inter ou supra-communale c'est selon, l'objectif étant d'axer le nouveau programme sur une logique de mutualisation et, c'est en substance ce qu'il faudra retenir comme principal mot clé, sur celle de la démultiplication. Faire mieux avec autant, sinon moins, et placer la créativité et la mise en réseau au coeur du nouveau PCS

Tags : Communes - Dics - insertion socio-professionnelle - Intergénérationnel - Iweps - liens sociaux - PCS - Plan de cohésion sociale

Le baromètre national 2012 des TIC en Belgique par le SPF Economie

image

LE SPF Economie a publié récemment des chiffres sur les usages TIC en Belgique. Ces chiffres ont la particularité d'être à jour (1° semestre 2012) et d'être à un niveau national (contrairement au Baromètre de l'AWT, strictement wallon).

Ces données concernent les particuliers mais également les entreprises, l'e-Gov et les e-Skills.

On y apprend ainsi que :

  • 79% des ménages belges disposent au moins d'un ordinateur, ce chiffre atteint même les 94% pour les ménages avec enfants. (Soit une augmentation de 7% par rapport aux chiffres wallons du Baromètre AWT -  http://www.epn-ressources.be/baromtre-tic-de-la-wallonie-2012)
  • Le moyen le plus populaire pour se connecter à Internet reste l'ordinateur portable (72%) devant l'ordinateur de bureau (60%). On trouve dans ces chiffres, 4% d'utilisation de tablettes (on est bien loin des 23% fantaisistes publiés par Geeko - http://geeko.lesoir.be/2012/10/09/un-quart-des-foyers-belges-possede-une-tablette/)
  • 77% des ménages belges disposent d'une connexion internet (pour 71% des Wallons dans le Baromètre de l'AWT)
  • 83% des Belges qui ont utilisé l'ordinateur au cours des trois derniers mois en font usage quotidiennement
  • 10% surfent sur Internet via une connexion mobile
  • 54% effectuent leurs opérations bancaires en ligne
  • 43% ont effectué des achats en ligne au cours des douze derniers mois

Vous pouvez télécharger ou commander cette publication sur internet ICI
Vous pouvez également obtenir la publication via la boutique « Infoshop SPF Economie » à l'adresse Rue du Progrès 48 - 1210 BRUXELLES (Contact : tél. 02 277 55 76 o email infoshop@economie.fgov.be)


Tags : Belgique

EPN et bibliothèques : dépasser la diffusion documentaire

C'est le 22 octobre dernier à l'Université de Travail de Charleroi que le service lecture de la Fédération Wallonie Bruxelles a organisé la journée « Partagez l'aventure des bibliothèques » à l'intention des étudiants de dernière année des sections bibliothécaires, documentalistes et sciences du livre. Différents ateliers étaient consacrés aux enjeux et métiers du développement des pratiques de lecture et d'écriture en bibliothèque, dont deux sur le rôle des EPN en bibliothèque. L'EPN de l'Université du travail est géré par Daniel De la Marche, détenteur d'un graduat en informatique de gestion et d'une formation de bibliothécaire. « Il ne faut pas », explique Daniel , « être informaticien pour gérer un EPN. Bien sûr, il faut avoir la fibre mais on n'est pas tout seul. Les EPN labellisés ont accès gratuitement à des formations organisées par Technofutur. Il existe un réseau social d'information, d'échange et d'entraide entre animateurs. »

Articuler l'EPN avec la bibliothèque
Quelle est l'articulation entre l'EPN et la bibliothèque ? «L'EPN doit se greffer aux pratiques de la bibliothèque afin d'aller au-delà de la simple diffusion documentaire. Nous avons placé sur un support en ligne les activités d'un stage d'écriture organisé par l'ASBL Sima. . Nous avons acquis pour ce faire le logiciel Comic Life qui permet de réaliser très facilement un roman photo simplifié. Nous avons utilisé lors d'une visite de classe le site Jimdo pour leur permettre de s'exprimer d'une nouvelle façon. Nous apportons une dimension complémentaire aux activités de la bibliothèque.»
Quel public l'EPN de l'UT touche-t-il ? « Essentiellement le public scolaire et les personnes âgées. Il y a à proximité d'autres structures qui s'adressent aux demandeurs d'emploi. Nous avons des plages horaires de consultation libre, des sessions organisées sur rendez-vous et des ateliers thématiques que nous organisons en fonction des demandes des lecteurs : les logiciels libres, le cloud computing, comme gérer et sécuriser son profil Facebook ,... Nous avons la chance d'être complément indépendant dans la gestion de notre EPN et de bénéficier d'une connexion haut débit au réseau académique géré par Belnet. Dans de nombreux EPN, on dépend de l'informatique communale. Pour une simple mise à jour, il faut parfois des semaines et si la politique de sécurité interdit par exemple l'accès à Facebook, l'animateur se trouve coincé. Il faut bien savoir qu'il n'y a pas deux EPN identiques. Parfois, leur arrivée dans une bibliothèque est le fruit du hasard. Je songe à un projet entre un CPAS et Oxfam dans une commune qui a débouché sur la création d'un EPN. Il n'y avait pas de place dans les locaux du CPAS : on a mis l'EPN dans la bibliothèque mais personne n'était prêt ! »

On se sent utile
A l'instar du réseau de bibliothèque de la Louvière, L'UT de Charleroi planche sur un projet de liseuses électroniques. Daniel  : la bibliothèque et le numérique sont de plus en plus imbriqués. Dans ce contexte, l'EPN aura un rôle de plus en plus important à jouer.Pour moi, c'est le même métier que celui d'un bibliothécaire mais avec des équipements différents. C'est ce qui fait la beauté de ce métier : on se sent utile , on voit que l'on sert à quelque chose.»

Tags : bibliothèque

Appel à projets du Fédéral SPP-IS 2012

À l'heure actuelle, les TIC font partie intégrante de notre vie. Près de 80% des utilisateurs belges d'Internet entre 16 et 74 ans se connectent chaque jour pour surfer sur des réseaux sociaux, envoyer des e-mails, postuler à des emplois, consulter des informations, etc. Faire pénétrer les personnes défavorisées dans l'univers du numérique est dès lors une manière de les intégrer socialement. Au niveau de l'activation sociale, les médias numériques peuvent également jouer un rôle. L'idée de base de l'activation sociale, c'est d'encourager les personnes éloignées du marché du travail à une participation sociale utile. Car l'inclusion est aussi un moyen de combattre l'isolement et elle constitue donc une aide à l'intégration dans notre société. Cet appel à projets a pour but d'activer certaines personnes dans la société en vue de maximiser leur autonomie, leur participation et leur intégration sociales et, à plus long terme, de les faire avancer vers le marché de l'emploi.

Au travers de cet appel, la secrétaire d'État à l'Intégration sociale souhaite encourager les organismes publics et privés à tirer profit des TIC pour activer professionnellement et socialement les personnes plus isolées.

1. Objectif de l'appel

  • Offrir aux personnes défavorisées la possibilité de dépasser les limites de leur monde numérique et de développer des capacités dans le domaine des TIC qui leur permettront d'accéder au marché du travail.
  • Renforcer les aptitudes relevant des TIC qui contribuent à l'autonomie et renforcer la confiance des personnes visées en leurs propres capacités.
  • Développer de nouvelles méthodologies sur l'utilisation des TIC pour l'activation.
  • Échanger des connaissances, du savoir-faire et des exemples de bonnes pratiques.

2. Groupe cible

  • Les personnes défavorisées qui ne travaillent plus depuis longtemps et qui cherchent à accéder au marché de l'emploi.
  • Les personnes défavorisées qui sont éloignées du marché de l'emploi et qui risquent de tomber dans l'isolement social.
  • Les jeunes (16-24) qui vont faire leur entrée sur le marché de l'emploi.

3. Financement

Le subside demandé peut s'élever à 25.000,00EUR maximum.

La période de subventionnement commence au plus tôt le 01/11/2012 et se termine au plus tard le 31/10/2013. Les projets sont subsidiés pour 12 mois maximum.

4. Conditions

Qui peut introduire un projet ?

  • ASBL
  • Administrations locales (communes, CPAS,...)
  • Les initiatives de coopération sont autorisées à introduire un projet et y sont même encouragées. S'il s'agit d'un projet collectif, les partenaires désignent l'un d'entre eux comme responsable de projet. L'organisation doit avoir son siège social en Belgique, doit être établie en Belgique et ne peut avoir pour seul but de faire des bénéfices.

Quels projets ?

Le projet doit :

  • Être nouveau ou innovant

Il doit s'agir d'un projet qui soit nouveau ou qui revisite un projet existant, en y ajoutant suffisamment d'éléments neufs.

  • Apporter une plus-value sociale et répondre aux objectifs

Le projet doit apporter une plus-value sur le plan social, ce qui signifie que le groupe cible doit en tirer un avantage plus important que la simple connaissance des TIC et d'Internet. Le but du subside est d'offrir aux personnes défavorisées des chances supplémentaires de s'activer professionnellement et/ou socialement. Le projet doit répondre aux objectifs (voir plus haut).

  • Être indépendant

Le projet doit être indépendant à la fin de la période de subventionnement, grâce à des fonds propres, à l'octroi de subsides structurels par une autre autorité subsidiante ou à une combinaison de différentes sources de revenus.

Comment ?

Le projet doit être introduit à l'aide du formulaire online sur le site du SPP Intégration sociale (ICI) et ce, avant le 05/10/2012.

Plus d'informations ICI.


Tags : appel-à-projets - fédéral

Le Plan Marshall 2.vert : Wallangues

Prolongation du premier Plan Marshall, le Plan Marshall 2.Vert mobilise les Wallonnes et les Wallons pour redynamiser leur économie, dans une logique de développement durable.

Le Plan Marshall 2.Vert fait intervenir tous les acteurs des milieux économiques, universitaires et publics. Ensemble, ils travaillent à créer les conditions favorables à une prospérité socio-économique et durable.

L'un des outils choisi pour favoriser l'accès à l'emploi et renforcer les compétences sur le marché européen est l'outil en-ligne d'apprentissage des langues : Wallangues.

Pour rappel, Wallangues c'est une formation GRATUITE en langues pour tous les wallons via internet et sans aucune installation. Pour s'inscrire, rien de plus simple : il suffit d'habiter en Wallonie et de disposer d'une adresse e-mail ainsi que d'un accès à internet.

  • Apprentissage des 3 langues nationales et de l'anglais
  • Entièrement gratuit
  • Où vous le voulez, via internet, sans installation
  • Quand vous le voulez - 24h/24, 7 jours/7
    Inscrivez-vous maintenant sur www.wallangues.be ou contactez le 0800/12.811 (le help desk téléphonique est disponible en semaine de 7 à 22h et le samedi de 9 à 17h).

    Le Réseau des EPN de Wallonie a été choisi comme partenaire pour donner l'accès à Wallangues à l'ensemble des citoyens ne disposant pas d'un ordinateur ou d'une connexion internet à la maison.

Tags : langues - Wallonie

Semaine numérique  : Colloque fédéral sur l'innovation par les TIC

Comment renforcer la participation citoyenne grâce au numérique ?

EPN-Wallonie - logo Par quelles initiatives, sous quelles formes, à quelles conditions? C'est à l'occasion du Colloque fédéral de la Semaine Numérique organisé à l'initiative de la Sénatrice Olga Zrihen sur la thématique de l'inclusion numérique que Périne BrotCorne a présenté le rapport final de l'étude « Les outils numériques au service d'une participation citoyenne et démocratique augmentée  » menée par la Fondation Travail Université

19 initiatives

Réalisée pour Technofutur TIC à la demande du Gouvernement wallon, elle fait le tour de 19 initiatives mises en oeuvre par les pouvoirs locaux ou le monde associatif local francophones (portail Je participe.be, ateliers numériques Dazibao pour demandeurs d'asile en attente en centres ouverts, Web TV Corsaires.TV à Anderlecht, blog citoyen MonDour.be, la marque jeune du CAAJ de Bruxelles, blog radio des jeunes de Molenbeek Creart.net, portail web communautaire Espace Citoyen.be, site communautaire des délégués de classe délégués.net,...) . L'étude procède encore à un inventaire des bonnes pratiques à l'étranger.

Renforcer la cohésion
Perine Brotcorne, auteure de l'étude : « Qu'il s'agisse d'améliorer l'image d'un quartier, de valoriser le tissu associatif local ou d'entraider des personnes en situation de précarité, la plupart des dispositifs analysés contribuent à renforcer la cohésion, la convivialité et les liens sociaux entre les membres d'une communauté, ou entre eux et les associations de cette localité. En revanche, les nouveaux dispositifs numériques communaux n'offrent pas, à ce jour, de véritables outils de démocratie participative, qui « augmenteraient » la participation démocratique citoyenne. Et la FTU de lancer quelques pistes de recommandation à l'intention des collectivités locales  : fixer des objectifs démocratiques clairs et déployer une méthodologie et des moyens ad hoc pour les atteindre, apporter aux projets un soutien politique volontariste, mettre en place une gouvernance simple et transparente du dispositif, multiplier les démarches de sensibilisation et d'expérimentation ancrée dans le territoire, et accompagner une montée en compétence des acteurs locaux (élus, agents communaux et acteurs du tissu associatif).

Observatoire des usages

Last but not least et on rejoint ici les recommandations émises par la FTU pour le second volet du plan de lutte contre la fracture numérique : mettre en place une plate-forme régionale d'échange d'expériences et un observatoire des usages démocratiques des TIC. « Celle-ci permettrait d'échanger sur les outils numériques utilisables et les démarches applicables, celles qui constituent une réussite et celles qui le sont moins. Cette plate-forme de réseaux d'acteurs permettrait également de donner une visibilité régionale à l'ensemble des initiatives de participation citoyenne et démocratique via les TIC. »

 

Tags : Semaine numérique Citoyenneté inclusion Olga Zrihen Fondation Travail Université Namur

Rewics 2012 : école et numérique

logo_ENOù en est l'école avec le numérique ? La question, cruciale, a été abordée hier aux Rewics. André Delacharlerie, manager de l'Observatoire des TIC, pointe en ce domaine les retards et insuffisances. Globalement, le milieu éducatif reste encore timide et réticent en vertu d'une sorte de principe de précaution mal placé. Ainsi, la formation - initiale et continuée - des enseignants s'avère encore inadéquate. Certes les sessions existent, mais « c'est l'arbre qui cache l'absence de forêt » : en moyenne, on ne compte guère pour chaque enseignant qu'une seule journée de formation TIC en huit ans ! Un peu léger en regard des besoins, alors que les élèves, eux, sont conscients des enjeux et demandeurs de cet apprentissage.

Et l'équipement ?
Entamé en 1999 sous le nom de plan Cyberécole, renommé Cyberclasse en 2005, le projet d'équipement TIC des écoles de la Région wallonne a été refondu en 2009. Approuvé en 2011, le nouveau plan d'équipement, déjà évoqué ici, est en route. Après une vaste consultation des enseignants sur leurs besoins et un appel à projets lancé aux écoles, 28 projets ont été retenus, et sont mis en oeuvre depuis janvier 2012 jusqu'à juin 2013 avec les équipes pédagogiques dédiées. Les expériences qui auront été évaluées positivement sont bien sûr appelées à essaimer. Objectif à moyen terme : une présence d'Internet dans toutes les classes pour 2016.
Reste à savoir si les TIC ne devraient pas être considérés non seulement comme outils au service de l'éducation, mais comme un domaine d'études à part entière.

Le site du projet Ecoles Numériques : http://www.ecolenumerique.be/


Tags : éducation

La neutralité du net : adieu Internet ? - Campagne de sensibilisation par le Gsara

[vimeo 35561314 nolink]

Pourquoi Internet risque-t-il de devenir une "télévision 2.0"? Qu'est-ce que la neutralité du Net ? Pourquoi cet espace public partagé, libre, ouvert et innovant est-il menacé ? Quels sont les enjeux et les risques qui pèsent désormais sur tout internaute ? Pour comprendre la neutralité du Net, en appréhender ses enjeux et réagir, le GSARA vous donne rendez-vous sur la Toile (où vous y découvrirez un spot d'animation et des articles) : www.neutralitedunet.be

La neutralité du Net fait d'Internet un réseau excluant toute discrimination à l'égard de la source, de la destination ou du contenu de l'information transmise. Cette liberté de transmission met tous les utilisateurs d'Internet sur un pied d'égalité, que ce soit une multinationale ou un artisan local. Pourtant, aujourd'hui, de nombreux opérateurs de télécommunication souhaitent remettre en cause cette neutralité et cherchent à prioriser, ralentir ou carrément bloquer certains services, contenus et applications. Raréfaction des contenus, chute de la participation des internautes, filtrage du réseau, augmentation des coûts d'abonnement,.... Tels sont les risques non négligeables qui pèsent désormais sur notre expérience d'internaute. La neutralité du net est un objectif majeur de politique publique. Après le Chili et les Pays-Bas, la Belgique pourrait figurer parmi les pionniers en termes de défense de la neutralité du Net.

Une campagne de sensibilisation du Gsara asbl en collaboration avec la Nurpa - Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Tags : Internet

Le Master Plan TIC pour la Wallonie


Creative Wallonia. Master Plan TIC (Via AWT TV)
Le Master Plan TIC du programme Creative Wallonia trace la route de la mutation numérique de la Wallonie à l'horizon 2025. Il fixe dix priorités relatives à l'infrastructure, à la régulation, aux usages et aux compétences TIC de la Wallonie.

Dans ce programme, 6 grands défis pour la Wallonie  ont été identifiés:

  1. Intégrer les TIC au coeur du système éducatif : Pour le Ministre Marcourt, il ne peut y avoir de maîtrise numérique sans un large partage des savoirs et des savoir-faire liés aux TIC.  C'est pourquoi diverses mesures et projets pilotes d'utilisation des TIC pour l'enseignement seront mis en oeuvre.
  2. Développer les infrastructures digitales et les réseaux à très haut débit: Le Master Plan vise à optimiser le réseau existant en favorisant la connexion du plus grand nombre possible d'entreprises et, à terme, de tous les citoyens.  Le MasterPlan se prononce également en faveur de la connectivité sans fil des villes wallonnes et de tous les bâtiments publics pour lesquels cela paraît pertinent.
  3. Structurer le secteur TIC : Le secteur industriel des TIC est, lui aussi, en plein développement.  Une plateforme numérique et physique permettra, d'une part, de faire converger l'information et les pratiques et, d'autre part, de les re-disséminer vers les acteurs de terrain. Des appels à projets centrés TIC seront également organisés.
  4. Généraliser l'usage des TIC avancés dans les entreprises : Permettre à chaque entreprise de se doter d'une grande maîtrise de ces nouveaux outils est essentiel. C'est, entre-autres, au travers de formations ciblées, de soutien aux stratégies e-business des entreprises ou de projets de « Smart Work Centers » que cet objectif sera poursuivi.
  5. Développer les services publics numériques : La digitalisation du service public se fera progressivement par le biais d'expériences pilotes. Cloud computing, open data et digitalisation des procédures sont des chantiers qui seront mis en place.
  6. Garantir l'accès universel aux TIC : Par exemple, des appels à projets de lutte contre la fracture numérique seront organisés, l'amplification de l'action des EPN, etc...

Ce point 6 nous concerne directement. Dans le point 4.6.1.2, il est dit : "Les Espaces Publics Numériques (EPN) constituent une réponse adéquate à certains aspects de la fracture numérique. Leur développement doit par conséquent être encouragé. A cette fin, le Gouvernement wallon entreprendra avec les communes un travail de fond afin de déterminer les conditions d'extension de la présente mesure." Avec, en 2012, un premier appel à projets innovants pour la lutte contre la fracture numérique

A suivre...

Le Pdf du Master TIC "Wallonie, territoire d'excellence numérique"


Tags : EPN - région-wallonne

FTU Namur - Appel à expression

Logo FTU

Vous avez lancé ou vous participez à une initiative de participation citoyenne par le biais des technologies numériques ? Vous souhaitez collaborer à la réalisation de notre inventaire ?

Votre témoignage nous intéresse, on a besoin de vous, contactez-nous sans hésiter !

À la demande du Gouvernement wallon et de Technofutur TIC, le Centre de recherche de la Fondation Travail-Université (FTU) lance une étude qui vise à identifier, décrire et promouvoir les bonnes pratiques contribuant à renforcer la participation citoyenne par le biais des technologies numériques. Une attention particulière sera portée aux initiatives qui s'appuient sur les outils du web 2.0 pour impulser de réelles dynamiques collaboratives ou participatives.

Cette étude s'inscrit dans le cadre des mesures de la déclaration de politique régionale visant à développer la participation citoyenne, particulièrement en encourageant les "communautés d'utilisateurs", pour une mise en commun et un partage des savoirs. Par conséquent, son objectif est d'élaborer un inventaire d'initiatives innovantes en la matière, susceptibles d'être reprises et mises en oeuvre, à la fois par les pouvoirs locaux et les acteurs d'initiatives locales.

Contact : Périne Brotcorne,FTU Namur pbrotcorne@ftu-namur.org, 081-725123, ASBL Fondation Travail-Université, Rue de l'Arsenal 5 à B-5000 Namur, www.ftu-namur.org


Tags : étude - Technofutur-TIC

News plus récentesNews plus anciennes